Quel est le ‘’meilleur’’ endroit pour rouler en hiver ?

L’hiver est une période plutôt qualifiée comme étant ‘’creuse’’ pour ce qui en est des courses au niveau suisse. Néanmoins cette période est très importante du fait que c’est un peu une période de transition ; moto, équipement etc… Un grand nombre de facteurs qui demandent une certaine adaptation.

Une saison se prépare durant tout l’hiver. On peut voir beaucoup de pilotes suisses se déplacer souvent en Italie, France, Belgique, Sardaigne, Espagne et Amérique même ! Y a t-il un endroit plus idéal qu’un autre ?

Alors oui il faut bien l’avouer, en lisant la petite liste décrite ci-dessus, comment ne pas rêver des US ? Et oui… le plus souvent cette destination est un rêve qui parfois devient réalité. Un point important est bien sûr la finance (si je parle des pilotes fréquentant le championnat suisse et autres chez nous). Si on fait la ‘’balance’’ et que l’on compte tous les frais pour descendre en Italie pour quelques jours de nombreuses fois durant l’hiver, ne verrions-nous pas les frais pour un entrainement d’une certaine période aux Etats-Unis finalement pas vraiment plus élevés ? Aux US justement, il y a possibilité de trouver un bloc de préparation contenant : entrainements, matériel, équipements, hébergement ainsi que nourriture. Nous connaissons aussi les US comme étant un endroit optimal en termes de conditions de roulage. « Rouler dans la merde, on aura assez d’autres occasions avant le début des courses ;) ». Donc oui, si les pilotes ont l’opportunité de pouvoir partir ne serait-ce déjà un mois, le déplacement et les entraînements sur les terres américaines peuvent être bien souvent entièrement bénéfiques pour une bonne préparation.

Parlons un peu de l’Italie… Bien évidemment un endroit plus accessible pour une majorité de pilotes suisses. Une palette de pistes à choix à proximité les unes des autres. De grandes et rapides pistes praticables quasiment toute l’année ! Voilà de nombreux avantages, qui sont accessibles même aux pilotes ne pouvant pas se libérer la semaine. En revanche, il est tout de même important de citer le facteur “surplus de monde“. Bien souvent, si on veut rouler sur un circuit bien populaire tel que Dorno ou Ottobiano, et que la météo est impeccable, il y a de fortes chances qu’un grand nombre de pilotes se déplacent sur ces pistes-là. Des circuits appartenant à des personnes pouvant vivre de cela, d’où l’on peut alors remarquer un très bon entretien des terrains !

Pour ce qui en est de la Sardaigne, c’est une région attrayante pour ces pistes de sables,  telle que celle de Riola. Le climat y est favorable autant pour progresser sur la moto que physiquement. Pourtant cet endroit n’est abordable que pour une minorité de pilotes, du fait que cela demande un grand déplacement…

Et pour terminer qu’en est-il de chez nous ? En Suisse ou en France proche. Du côté de Sézegnin, le terrain est praticable quasiment toute l’année s’il n’y a pas de grosses précipitations. Un grand avantage, certes de grandes économies. Pour citer quelques autres endroits similaires, il y a aussi la piste de Coisia qui appartient au TJC Motocross Park, dans le Jura français mais aussi plusieurs pistes du côté de l’Alsace.

Voilà un petit “bilan“ des divers lieux d’entrainement hivernal. Le but de cet article n’est pas de vous donner réponses ou avis trop dirigés pour une tendance.  Vous le savez très bien, il faut toujours s’adapter en fonction de nos moyens, temps, motivation et bien sûr météo !

Kommentar hinzufügen

Du musst eingelogged sein um einen Kommentar zu verfassen.